Menu

Plateforme pour les sans-papiers

Une plateforme pour le dialogue

La plateforme pour les sans-papiers a été créée en 2002 dans le but d'obtenir la régularisation des sans-papiers, ou du moins d'améliorer le règlement des cas de rigueur. Mais la plateforme se préoccupe également des nombreuses autres problématiques qui touchent les sans-papiers, comme l'école et la formation professionnelle des jeunes, la santé et les assurances maladie, ou encore le droit au mariage des personnes sans statut légal. Dans le domaine de la scolarité, de la formation, et de la santé, la plateforme a connu certains succès, alors que la thématique des régularisations reste difficile. L'interdiction des mariages pour les sans-papiers a quant à elle pu être combattue grâce à un lobbying intensif.

La plateforme rassemble des parlementaires, des permanences de défense et d'information de différents cantons, des ONG nationales et locales, des Églises, des œuvres d'entraide, des syndicats et des partis politiques. La présidente actuelle est Ada Marra, Conseillère nationale socialiste. La plateforme se rencontre environ cinq fois par année afin d'échanger les dernières expériences et nouveautés législatives, de coordonner le travail de lobbying et d'information au public, et de mettre sur pied des groupes de travail spécifiques selon les besoins.

Pour atteindre la plateforme, veuillez envoyer un courriel à plattform (at) sans-papiers.ch. Vos contributions financières sont les bienvenues sur le CCP 85-771603-8, IBAN CH-44 0900 0000 8577 1603 4.

Activités récentes de la plateforme

Les dossiers prioritaires en 2012 ont été les apprentissages pour les jeunes sans-papiers, la révision de la Loi sur l'asile, ainsi que la mise sur pied de la campagne pour les employé-e-s de maison sans statut légal. Par ailleurs, de nombreux et intenses échanges au sujet de la pratique et de la mise en œuvre de l'interdiction des mariages pour les sans-papiers ont permis de donner aux personnes qui vivaient effectivement en ménage commun de se marier.

En 2011, la plateforme s'est concentrée sur le travail interne. Les nombreuses activités locales, ainsi que la mise en œuvre de diverses modifications législatives ont marqué le travail des associations membres, tout comme le travail lié aux dix ans du Mouvement des sans-papiers.

Apprentissages, obligation d'affiliation à l'assurance maladie, règlement des cas de rigueur, et interdiction des mariages pour les sans-papiers ont été les priorités de l'année 2010. De nombreuses discussions ont eu lieu sur le plan fédéral, qui se sont avérées très fructueuses.